Communautés
Développer les compétences

Récit d’une carrière riche en mobilité au sein de Elior Services

Delphine Botbol
Delphine Botbol est aujourd’hui responsable formation et qualité chez Elior Services. Mais avant d’accéder à ce titre, elle a occupé de nombreuses fonctions, sur le terrain et dans des fonctions support. Celle qui avoue volontiers avoir la routine en horreur salue les larges opportunités permises par l’entreprise en termes de mobilité.
Écoutez le témoignage de Delphine Botbol

À 48 ans, Delphine Botbol a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Un parcours placé sous un signe : sa passion pour le service. « Dès l’âge de 14 ans, je savais que je voulais travailler dans l’hôtellerie. J’ai toujours eu le goût du service. Ce qui m’attirait, c’était l’idée de travailler dans de beaux environnements de travail. D’exercer un métier dans lequel il n’y aurait pas de souci d’emploi et qui, en plus, me permettrait de voyager, de voir d’autres horizons. Les journées ne se ressemblent pas en hôtellerie ! », se souvient-elle. En un mot, un cadre de travail loin d’être monotone. Car s’il y a bien une chose que Delphine Botbol craint, c’est la routine.
« Moi, j’aime le challenge ! ».

Le goût du challenge

Après plusieurs expériences dans des hôtels d’une grande chaîne puis une aventure professionnelle personnelle avec son conjoint en Normandie, dont elle est originaire, Delphine explore plusieurs facettes du métier, restauration, réception d’hôtel puis entre en 2005 dans une société de propreté qui sera rachetée par le groupe Elior. Elle travaille alors comme gouvernante générale du Trianon Palace à Versailles. « Au début, il y avait un vrai challenge : il fallait créer l’équipe, tout mettre en place et faire fonctionner le site. Une fois que c’était fait, cela a commencé à devenir plus... routinier et j’avais besoin d’un nouveau défi », se souvient-elle dans un éclat de rire.

De la formation au recrutement

Une ambition qui n’échappe pas à sa responsable de secteur qui lui propose en 2007 de se positionner sur une création de poste de formatrice. « On m’a proposé de m’inscrire, ma candidature a été validée et j’ai intégré la formation. Ça s’est fait naturellement ! » Une nouvelle expérience qui s’inscrit logiquement dans le parcours professionnel de Delphine. « En plus de la partie formation, il y a toute une partie prestataire de services. J’ai beaucoup aimé avoir cette visibilité sur toute l’Île-de-France : je pouvais voir différents types d’établissements, différents salariés, différents types de postes... Un éventail très varié de tout ce qu’on peut faire dans nos métiers. Bref, pour le coup, pas de routine du tout ! », sourit-elle. Puis, Delphine Botbol s’oriente vers le recrutement, dont elle apprécie tout particulièrement la dimension humaine, « être à l’écoute des salariés, c’est quelque chose qui me tient vraiment à cœur ».

Une mobilité soutenue et encouragée

Lors du premier confinement, impossible pour Delphine de ne pas répondre à l’appel aux renforts dans le secteur santé. Grâce à la plateforme qui met en relation les besoins des sites et les ressources disponibles [lire aussi l’interview page 36], elle a pu se proposer pour remplacer une responsable de site dans une clinique psychiatrique de Meudon. « C’est important de savoir qu’on a des passerelles entre les activités et l’entreprise nous permet vraiment de faire ça, grâce au Job Center. Ça ne suffit pas d’avoir des idées si on n’a pas le soutien de son entreprise. Ici au contraire, l’entreprise est moteur. On sait que rien n’est figé dans le temps, tout est possible. Et pour moi, ça, c’est hyper important. »

Commentaires(0)

Soyez le premier à commenter l’article!

Plus d'articles

Vincent Gendrot, DG d’Ansamble : « Nous sommes conscients des enjeux sociaux et environnementaux à relever à moyen terme »

01 sep. 2021
aleph tea

Soutenir les initiatives solidaires portées par les collaborateurs Elior : illustration avec l’engagement de Maria Dolores Aparicio en Espagne

21 juil. 2021
L'économe

Elior Solidarity soutient le projet de conserverie mobile de l’association l’économe pour limiter le gaspillage alimentaire

19 juil. 2021