Communautés
Diversité et inclusion

Handicap : immersion d’un jour dans une cuisine pour découvrir le monde du travail

Duo Day
Benjamin et Manuel, tous deux en situation de handicap, ont participé au Duo Day avec Elior. Pendant une journée, ils ont intégré une brigade pour découvrir les métiers de la cuisine dans une entreprise classique.

Benjamin a 33 ans et travaille habituellement à la cuisine centrale de l’Adapei d’Ile et Vilaine (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), en milieu protégé et adapté à son handicap. Pour la première fois, il a participé au Duo Day. Le principe : former un binôme entre une personne en situation de handicap et un professionnel volontaire, qui fait découvrir son métier. Pour Benjamin, « travailler en milieu ordinaire, c’est nickel, on est plus autonome ». C’est tout l’enjeu du Duo Day, faire découvrir le milieu du travail ordinaire, c'est-à-dire la vie dans une entreprise classique, par opposition au milieu protégé de l’ESAT.

Travailler en milieu ordinaire, c’est nickel, on est plus autonome.

Cuisson de la viande, préparation des légumes, plonge… Benjamin a travaillé une journée aux côtés de Frédéric, chef Elior dans un restaurant d’entreprise à côté de Rennes. «La journée s’est passée très facilement, ça été une très belle surprise ! », témoigne Frédéric. Avec son équipe de six personnes, ce chef cuisine chaque jour près de 300 repas pour les salariés de la Banque Populaire Grand Ouest. « On a commencé par demander à Benjamin ce qu’il souhaitait cuisiner et découvrir. L’idée était de le faire participer à la vie de l’équipe selon ses envies, sans le brusquer. » Benjamin a souhaité commencer avec la préparation du plat principal, une blanquette. Il s’est occupé de la cuisson, de l’assaisonnement, du transvasement des légumes dans les étuves chaudes… Sous l’attention bienveillante de Frédéric, lui apprenant par exemple les règles de sécurité pour couper les citrons, Benjamin a pris une part active dans la préparation du repas. « Benjamin était très motivé, posait des questions, il avait envie d’apprendre, c’était bluffant », souligne Frédéric.

« La prochaine étape pour Benjamin, c’est de réaliser un stage plus long chez Elior », explique Cédric, responsable de secteur Elior dans l’ouest de la France. Il a préparé ce Duo Day en amont avec l’éducateur et l’Adapei, en repérant notamment les lieux en avance pour « bien cadrer l’environnement de travail de Benjamin et éviter tout choc émotionnel trop important ». Très sensible à l’insertion des travailleurs handicapés, Cédric a formé six duos dans les restaurants de la région qu’il gère. Il souhaite désormais accompagner Benjamin à travailler au sein d’une entreprise ordinaire. « Cette journée est passée trop vite, je veux revenir rapidement », souligne Benjamin. Pour lui, une insertion dans le milieu du travail ordinaire est synonyme d’une plus grande autonomie. « On a moins les moniteurs sur le dos », plaisante t’il.

Benjamin
Manuel

Valérie et Manuel ont formé un deuxième duo. Manuel est travailleur handicapé et recherche un emploi en tant que plongeur, et Valérie est responsable des restaurants d’un grand campus du sud de la région parisienne. Valérie anime une équipe de 80 personnes qui cuisinent près de 2 000 repas par jour, et elle a l’habitude d’accueillir des apprentis ou des stagiaires en situation de handicap. « Mes équipes sont bienveillantes et facilitent l'intégration des nouveaux venus », souligne Valérie. Et Manuel partage ce ressenti : « J’ai été très bien accueilli. Il y avait une bonne ambiance ». A la brasserie du campus, dans une équipe de quatre personnes, Manuel a épluché des légumes, et participé à la plonge. « C'est une personne très agréable, très curieuse, à l’aise dans une petite équipe ». Pour Valérie, cette journée permet ainsi « de mixer les équipes en cuisine et de donner sa chance à tous ».

J’ai été très bien accueilli. Il y avait une bonne ambiance

Le 18 novembre dernier, Elior a formé près de 35 duos sur toute la France : une initiative réussie pour sensibiliser et surtout normaliser le handicap en entreprise.

Commentaires(0)

Soyez le premier à commenter l’article!

Plus d'articles