Planète
Impact carbone

Soutenir l’agro-écologie pour favoriser la biodiversité et participer à la transition des modèles agricoles

Compensation carbone
Les acteurs français de l’agro-écologie œuvrent au quotidien pour implanter de nouvelles pratiques agricoles, plus respectueuses de la nature et de sa diversité. Soutenir ces projets est un moyen concret de réinventer en profondeur et sur le long terme nos modes de consommation.

Voici ci-dessous l’exemple de deux associations, soutenues par le groupe Elior, dont l’objectif est de favoriser la biodiversité des territoires français : l’Association Française d’Agroforesterie et le Centre de Développement de l’Agroécologie. Chacune à l’échelle d’un territoire, dans les Hautes-Pyrénées et en Rhône Alpes, ces deux associations accompagnent des agriculteurs et éleveurs dans l’évolution de leurs méthodes de production. À terme, l’ambition d’Elior est de proposer les produits locaux et responsables issus de ces projets dans les cantines du Groupe implantées sur ces mêmes territoires. Une manière d’augmenter la part des  approvisionnements de proximité, de sensibiliser les convives aux enjeux environnementaux tout en valorisant les pratiques agricoles durables et en créant du lien avec les filières locales. Cette démarche en faveur d’une planète plus vivante contribue positivement à l’impact carbone d’Elior.

Soutenir la biodiversité via le développement de l’agro-écologie

L’agro-écologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production agricole et restaure une mosaïque paysagère diversifiée (agroforesterie). Ces pratiques permettent de diminuer les pressions sur l’environnement (réduction des émissions de gaz à effet de serre, baisse du recours aux produits chimiques…), et de renforcer le rôle de la biodiversité comme facteur de production. L’agro-écologie permet ainsi de mettre en place un système agricole plus respectueux de l’environnement, et de réduire les émissions de CO2.

Le projet Abeilles et agriculture : des territoires agroforestiers pour des pratiques agricoles "api-compatibles"

L’Association Française d’Agroforesterie travaille depuis 2007 au développement de l’agroforesterie en France, aussi bien sur la scène agricole, politique qu’auprès du grand public. L’association est une plateforme d’échanges et de partenariat entre les agriculteurs, les opérateurs techniques agricoles et forestiers, la recherche, les décideurs politiques, les collectivités et administrations. Force de proposition au niveau national comme international, elle travaille pour que l’arbre, la haie et le « génie végétal » dans son ensemble retrouvent leur place au sein des systèmes agricoles.

De 2020 à 2023, l’Association mène un projet dont l’enjeu est d’accompagner la transition d’un territoire agricole des Hautes-Pyrénées vers la reconstruction d’un maillage paysager permettant une agriculture plus durable, rentable et respectueuse des pollinisateurs. Ceux-ci sont en effet indispensables au maintien de l’équilibre des écosystèmes naturels, mais aussi pour assurer les rendements de notre agriculture. Partout dans le monde, les populations d’abeilles et autres pollinisateurs sont en déclin. L’approche agroforestière permet ici de proposer une solution globale visant à traiter le problème « à la racine », soutenant ainsi, dans le même temps, une apiculture productive et résiliente sur le territoire.

Concrètement, ce projet à vocation agricole, apicole et sociétale a pour objectif de couvrir les sols avec du végétal, de restaurer la fertilité des milieux et d’augmenter les réserves utiles en eau. Durant quatre ans, les équipes de l’association vont travailler en co-construction avec les agriculteurs, les apiculteurs et les collectivités locales selon les étapes suivantes :

  • Préfiguration du projet à l’échelle du territoire, identification de parcelles pilotes, conception des projets agroforestiers.
  • Plantation des parcelles pilotes
  • Suivi technique et accompagnement à la prise de compétences des différentes parties impliquées

Le projet Agriculture Régénératrice de la Bulle Verte: protéger la ressource en eau de l’impluvium de Badoit

Le Centre de Développement de l’Agroécologie (CDA) agit pour le développement de l’agroécologie. Créé par des ingénieurs en agronomie, chercheurs et agriculteurs, la volonté du CDA est de développer l’agroécologie du champ à l’assiette. Fort d’une expertise tant dans le domaine de l’agriculture que dans celui des nouvelles technologies durables, le CDA est l’une des seules organisations à pouvoir proposer un accompagnement à différents niveaux pour tout type de structures.

Ce projet permet d’accompagner jusque fin 2022 une vingtaine d’agriculteurs vers une agriculture qui protège la ressource de l’impluvium Badoit située autour de Saint Galmier (Auvergne-Rhône-Alpes). Les objectifs du projet sont les suivants :

  • Réduire les intrants (glyphosate, fertilisants, travail du sol)
  • Améliorer le stockage du carbone dans les sols
  • Améliorer la rentabilité et l’autonomie des fermes  

La mise en place se fera selon les étapes suivantes :

  • Audits d’exploitation
  • Des programmes d’actions en collectif pour s’appuyer sur des synergies (formations, expérimentations, ateliers, visite…)
  • Des accompagnements individuels pour que tout le monde trouve sa place dans le programme (conseil technique, accompagnement au changement de pratiques)

Commentaires(0)

Soyez le premier à commenter l’article!

Plus d'articles

Epône pommes locales

Du champ à l’assiette : des pommes locales pour les compotes des enfants franciliens

24 sep. 2021
Bio a pro

Produits régionaux : un ancrage local fort en région Auvergne-Rhône-Alpes

21 sep. 2021