Planète
Zéro déchet

Virginie Jalasja, Responsable RSE Elior Entreprises « Au-delà de notre politique de suppression progressive des plastiques à usage unique, c’est bien le zéro déchet que nous visons »

Elior s’est associé à Uzaje pour mettre en place un projet pilote proposant aux convives d’un restaurant inter-entreprises un nouveau dispositif de contenants réutilisables, une alternative inédite et responsable à la vaisselle jetable.

Après quelques mois d’expérimentation, nous avons souhaité en savoir plus. Rencontre avec Virginie Jalasja, Responsable RSE Elior Entreprises en France en charge de la mise en place du dispositif.

Quels sont les engagements d’Elior en France concernant la réduction des plastiques à usage unique ? 

Aujourd’hui, nous constatons une consommation importante d’emballages dans nos restaurants qui ne cesse de croître à mesure que la vente à emporter et les offres salades se développent. Raison pour laquelle nous nous sommes attaqués en priorité à ce problème. Notre objectif était d’apporter une solution simple et pragmatique, permettant aussi de répondre aux attentes convives qui ont envie de retrouver dans leurs espaces de restauration des moyens d’agir concrètement en faveur de la protection de l’environnement, dans le prolongement de ce qu’ils font déjà à la maison. Le plastique jetable aujourd’hui irrite, nous souhaitons tous limiter son usage. 


Nous sommes conscients que ces changements doivent s’accompagner, et nécessitent d’agir pas à pas. La règlementation nous montre d’ailleurs le chemin progressif. Et là où il reste encore du plastique jetable, nous faisons en sorte qu’il soit correctement trié, dans sa filière de recyclage. Au-delà de notre politique de suppression progressive des plastiques à usage unique, c’est bien le zéro déchet que nous visons, en favorisant en premier lieu au maximum le réemploi. Nous devons sortir de cette société du « tout jetable » et trouver collectivement des solutions.

Quelles sont les mesures déjà prises dans les restaurants d’entreprises ?

En tant que restaurateur responsable, Elior a travaillé pro-activement, en amont de la réglementation sur ces sujets en supprimant les plastiques non-recyclables il y a plus d’un an. Les pailles notamment ont totalement disparu de nos restaurants, et nous avons appris à vivre sans. Egalement depuis fin 2020, nous avons référencé un catalogue de vaisselle jetable, fabriquée à partir de matières biosourcées pour lesquelles nous nous sommes assurés de la recyclabilité. Ce catalogue est bien sûr amené à évoluer au rythme des innovations. Une seconde version a d’ailleurs été diffusée en ce début d’année.

Pour aller plus loin dans sa politique « zéro déchet », Elior s’est récemment associé à Uzaje, pouvez-vous nous en dire plus sur cette rencontre ?

Nous étions à la recherche de solutions de consigne ou de réemploi à intégrer à nos modes de fonctionnement. Bien que spécialisé dans des solutions de lavage externalisé, dont nous n’avions pas nécessairement besoin, Uzaje s’est aussi présenté à nous comme un expert en solution de réemploi. Nous nous sommes d’ailleurs retrouvés dans le choix de nos contenants réutilisables. Nous avons alors décidé de les missionner pour nous accompagner dans l’intégration d’une solution de réemploi « By Elior ».

La RSE c’est un triptyque entre enjeux environnementaux, sociétaux, et économiques. Et c’est à la croisée que l’on peut véritablement parler de solutions durables.

Virginie Jalasja, Responsable RSE Elior Entreprises

Quel est justement le rôle de chacun ?

Uzaje nous accompagne sur les modalités opérationnelles et techniques. Arc France fournit les contenants choisis parmi la gamme de vaisselle Arcoroc.  De notre côté, nous gérons la prestation de restauration et mettons en musique le parcours de réemploi.

C’est assez représentatif de ce qu’induit la RSE, c’est-à-dire réunir des savoir-faire autour de la table, des individus qui travaillent ensemble autour d’un projet commun. De manière générale, les sujets RSE incitent les parties prenantes à discuter entre-elles et à trouver des solutions à impact positif pour les activités à chacun. La RSE c’est un triptyque entre enjeux environnementaux, sociétaux, et économiques. Et c’est à la croisée que l’on peut véritablement parler de solutions durables.

Le dispositif est en phase d’expérimentation, quels sont les retours ?

Les convives sont vraiment satisfaits car le système est très simple et ils sont déjà sensibilisés à ces initiatives responsables. Ils sont réellement impliqués dans la démarche et c’est aussi cela qu’ils apprécient. Nous avons choisi de fonctionner sur la confiance, on connaît nos convives, ils sont fidèles donc pas de consigne entre nous ! La notion de réemploi implique des valeurs positives, donne du sens à notre geste et à l’heure où l’enjeu environnemental irrigue toutes les consciences, nos clients souhaitaient fonctionner avant tout sur la confiance. Nous incitons collectivement nos convives à rapporter les contenants, et en même temps, nous avons travaillé un dispositif de traçabilité de nos contenants pour envisager si nécessaire un filet de sécurité. 


D’autres clients intéressés par le projet et son fonctionnement nous sollicitent déjà pour mettre en place cette solution !

Tout le monde cherche aujourd’hui une alternative au jetable.

Virginie Jalasja, Responsable RSE Elior Entreprises

Vous mentionnez que d’autres clients vous sollicitent pour mettre en place cette solution, est-ce que d’autres implémentations sont déjà prévues ?  

Il y a effectivement une forte demande, c’est certain. Dans le secteur pharmaceutique, dans l’assurance, l’optique, tous les secteurs sont concernés. Tout le monde cherche aujourd’hui une alternative au jetable. L’idée à long terme est de pouvoir déployer le dispositif expérimental sur d’autres sites avec un format amélioré et durable.

Concernant les contenants, quels sont les matériaux sélectionnés ? 

Les contenants sont issus de véritables innovations françaises. Ils sont en verre pour des propriétés micro-ondables sans risque pour la santé, mais beaucoup plus légers et résistants. Le couvercle reste quant à lui en plastique parce qu’aujourd’hui il n’existe pas d’autres alternatives. L’ensemble répond à un cahier des charges particulièrement exigeant aussi bien sur le plan pratique, culinaire que de la santé et l’environnement.

C’est ça l’économie circulaire, il faut boucler la boucle pour que la matière redonne de la matière et éviter l’épuisement des ressources.

Virginie Jalasja, Responsable RSE Elior Entreprises

Pourriez-vous nous en dire plus sur le parcours de vie de ce contenant ? 

On est responsable de nos déchets et c’est tout l’enjeu du réemploi. Les contenants sont lavés donc ils sont utilisables à l’infini tant qu’ils ne sont pas abimés ou cassés. 


En ce qui concerne nos autres contenants recyclables, Elior met en place des initiatives avec des partenaires clés pour suivre les produits après utilisation. Sur les produits recyclables, essentiellement les emballages à usage unique, on a étudié les filières pour que la matière puisse être réutilisée dans un autre produit. Comme pour les biodéchets sur lesquels on se doit de trouver des solutions pour les valoriser au mieux. L’idée est qu’ils atterrissent dans la bonne poubelle. Le geste de tri prend là tout son sens, le produit doit se retrouver dans la bonne case pour être correctement recyclé par la suite. C’est vraiment une boucle. C’est ça l’économie circulaire, il faut boucler la boucle pour que la matière redonne de la matière et éviter l’épuisement des ressources.

Pour conclure, quels sont vos objectifs pour la suite ? 

L’expérimentation se termine à peine. On en est très satisfait. L’objectif est que fin de premier trimestre 2021 il y ait plusieurs sites qui démarrent avec ce système de réemploi. A date, on va voir quels sont les retours de cette expérimentation, étudier le volume de contenants non revenus, communiquer pour sensibiliser les convives pour donner du sens à cette nouvelle mise en place, leur donner envie d’y participer et de s’engager collectivement.

Commentaires(0)

Soyez le premier à commenter l’article!

Plus d'articles

Epône pommes locales

Du champ à l’assiette : des pommes locales pour les compotes des enfants franciliens

24 sep. 2021
Bio a pro

Produits régionaux : un ancrage local fort en région Auvergne-Rhône-Alpes

21 sep. 2021